17/07/2016
Eluard expliqué
Page d'ouverture
Suite
ELUARD : La victoire de Guernica (Cours naturel 1938)


j'ai presque peur en vérité

Guernica par Picasso

La victoire de Guernica
(Cours Naturel 1938)

I

Beau monde des masures
De la nuit et des champs


II

Visages bons au feu visages bons au fond
Aux refus à la nuit aux injures aux coups

III

Visages bons à tout
Voici le vide qui vous fixe
Votre mort va servir d'exemple

IV

La mort cœur renversé

V

Ils vous ont fait payer le pain
Le ciel la terre l'eau le sommeil
Et la misère
De votre vie

VI

Ils disaient désirer la bonne intelligence
Ils rationnaient les forts jugeaient les fous
Faisaient l'aumône partageaient un sou en deux
Ils saluaient les cadavres
Ils s'accablaient de politesses

VII

Ils persévèrent ils exagèrent ils ne sont pas de notre monde


VIII

Les femmes les enfants ont le même trésor
De feuilles vertes de printemps et de lait pur
Et de durée
Dans leurs yeux purs

IX

Les femmes les enfants ont le même trésor
Dans les yeux
Les hommes le défendent comme ils peuvent X
Les femmes les enfants ont les mêmes roses rouges
Dans les yeux
Chacun montre son sang

XI

La peur et le courage de vivre et de mourir
La mort si difficile et si facile

XII

Hommes pour qui ce trésor fut chanté
Hommes pour qui ce trésor fut gâché

XIII

Hommes réels pour qui le désespoir
Alimente le feu dévorant de l'espoir
Ouvrons ensemble le dernier bourgeon de l'avenir .

XIV

Parias la mort la terre et la hideur
De nos ennemis ont la couleur
Monotone de notre nuit
Nous en aurons raison.

Commentaire
1 Un peuple insouciant sauvagement bombardé
2 Des barbares sans foi ni loi
3 La présence de la mort
4 L'engagement politique d'Eluard


Introduction
Ce poème est inspiré d'un épisode tragique de la guerre civile espagnole, le 26 avril 1937, le bombardement un jour de marché, par l'aviation allemande d'Hitler appelée par le Général franco, de la ville de Guernica aux mains de la résistance républicaine faisant 1684 morts. C'est la première fois dans l'histoire moderne qu'une population innocente de femmes, d'enfants était sciemment massacrée. Toute guerre est barbarie, lorsqu'elle tue aveuglément femmes, enfants.

1 Un peuple insouciant sauvagement massacré
Le titre surprend, "La victoire de Guernica", victorieux, tout un peuple innocent brûlé, tué, on aimerait comprendre. Le poème se compose de quatorze strophes numérotées de longueur inégale alternant sans ordre précis, vers seul, distique, tercet, quatrain, ou quintile, lui donnant un rythme saccadé. Les habitants de cette localité sont "beaux", c'est à dire purs. Ils vivent dans des maisons délabrées, des "masures", sortent d'ordinaire en soirée à cause de la chaleur qui règne le jour et travaillent à la terre pour la plupart. Ce sont des gens simples, pauvres. Ce sont des gens résistants qui ne se plaignent jamais des "injures des coups". Mais l'armée espagnole franquiste veut faire de cette petite ville, un jour de marché, un exemple et stopper toute résistance. Les victimes, des civils, seront les femmes et les enfants. Les enfants, les femmes ont les yeux purs, ils font leurs emplettes en ce matin de marché et ne peuvent imaginer que ces avions étrangers qui arrivent vont les bombarder. Thème éternel chez Eluard la comparaison de la beauté, la pureté de ces femmes, de ces enfants à la nature, "ils ont le même trésor", ils ont la couleur verte de l'espoir. La femme est aussi source de vie avec son "lait pur". Femmes et enfants ont "des roses dans les yeux", la plus belle des fleurs, synonyme d'amour. Ces femmes et ces enfants sont des symboles d'amour. Femmes et enfants deviennent par le jeu des anaphores le thème obsessionnel du poème, ce sont des victimes innocentes d'un conflit qui les dépasse et dont ils ne sont pas les acteurs. Tous ces gens simples ne sont dans ce contexte politique que "bon au feu" pour les bombardiers d'Hitler.

II Des barbares sans foi ni loi
Face à ce peuple insouciant, les bourreaux sont sans identité, ils sont seulement désignés par le pronom "ils". Dans le ciel on ne voit que des avions, on ne voit pas les pilotes, de plus ce sont des avions allemands. Dans le tableau de Picasso, les femmes regardent le ciel avec stupeur, ils y découvrent des avions étrangers, un appel de Franco à Hitler. "Ils disaient désirer la bonne intelligence", jugeait les fous. Folie que ce poète de 37 ans, Fédérico Garcia Lorca fusillé près de Grenade au début de la guerre civile pour ses sympathies républicaines et son homosexualité, lui le gitan, le "rossignol d'Andalousie", le paysan simple. Folie également que ces républicains qui essaie de reprendre le pouvoir qui leur a été enlevé par les franquistes en 1936. Ces franquistes persévèrent et exagèrent, au lieu de se retirer du pouvoir qu'ils ont pris de force, ils ne sont pas de "notre monde", du monde des communistes, des démocrates, des républicains. "Ils faisaient l'aumône partageait un sou en deux" est une allusion au souhait des franquistes de rétablir la souveraineté de l'église catholique mise à mal par des républicains laïques en 1936. On compare assimile fréquemment le franquisme à un national-catholicisme.

III La présence de la mort
La mort est présente dans de nombreuses strophes, elle est justifiée, elle "sert d'exemple", elle a une explication médicale imagée "cœur renversé", puis une justification philosophique "la mort si difficile et si facile", puis elle devient motivation " la mort.., de nos ennemis nous en aurons raison". La nuit qui a fréquemment en poésie une connotation de mort apparaît dans le poème à de nombreuses reprises, le peuple espagnol est assimilé au "beau monde de la nuit", puis il y a le "refus à la nuit" de gens qui souffrent mais ne sont pas résignés, et enfin la mort, la terre et la hideur "de nos ennemis ont la couleur monotone de la nuit".

IV L'engagement politique d'Eluard
La guerre civile d'Espagne a profondément divisé les français, Eluard fort de ses convictions communistes de démocratie, de justice sociale s'engage nettement dans ce poème en faveur des républicains comme le feront Malraux avec "L'espoir" ou Hemingway avec "Pour qui sonne le glas ?". Ils s'attaque aux nantis, aux "parias" dont le peuple aura bientôt raison. La démocratie qui représente l'espoir est alimentée par le "feu du désespoir". L'homme communiste a foi dans le progrès de l'homme, dans son avenir qu'il compare à un "bourgeon" qui demain va se développer en feuille ou fleur puis fruit, après éclosion.

Conclusion 
Le titre "La victoire de Guernica" est avant tout provocateur. Guernica n'a eu ni vainqueur ni vaincu, n'a rien changé dans le cours des événements, c'est un pur acte de barbarie et le titre "barbarie" aurait été plus judicieux. Il y a beaucoup de retenue dans ce poème, beaucoup de sympathie d'Eluard pour exprimer la douleur de ce peuple courageux. C'est aussi une prise de position politique d'un homme qui a décidé de s'engager au sein du parti communiste. Paradoxe de l'histoire, c'est un roi, Juan Carlos qui rétablira la démocratie en Espagne. Cependant l'espoir entrevu par Eluard et repris par Malraux dans son ouvrage du même nom sont restés vains et d'autres Guernica attendent malheureusement les hommes.

Vocabulairte

Guernica
Guernica est petite ville située à trente kilomètres de Bilbao dans un vallon au nord de l'Espagne
, dans le pays basque. Le 26 avril 1937, jour de marché, des escadrilles apparaissent au-dessus de Guernica. La place du marché est pleine de monde. Le bombardement fasciste va durer plus de quatre heures sans interruption. Ce fut le premier bombardement de la population civile durant la guerre d'Espagne. Ce massacre c'est soldé par 1684 morts et 889 blessés. Tout ceci va inspirer Picasso pour faire le plus grand tableau tragique du vingtième siècle : Guernica qui mesure 7,82 mètres sur 3,35 mètres. Picasso a réalisé quarante-cinq croquis, c'est sur ces croquis qu'apparaîtront dès les premières esquisses les éléments principaux du tableau : le taureau, le cheval et la source de lumière. C'est un tableau noir et blanc.
L'Espagne réconciliée avec elle-même expose cette œuvre au Musée de la reine Sophie, à Madrid, non loin de la gare d'Atocha, frappée le 11 mars 2004 par une tragédie similaire, victime de l'islamisme, une idéologie folle qui cultive comme le nazisme le mal absolu.

Bourgeon
Petite formation végétale pointue constituant en un point d'une plante, d'un arbre, une ébauche d'organes (feuille ou fleur) se développant après éclosion.

Masure
Maison misérable, délabrée

Anaphores
Reprise d'un mot ou d'un groupe de mots en début de phrase ou de groupes de phrases.
Dans le texte anaphores nombreuses comme souvent chez Eluard, remplaçant l'absence de rimes à la fin des vers.
"ils", pour les assaillants mais aussi pour les partisans de Franco
"Les femmes et les enfants", les victimes innocentes
"Hommes", les républicains.

Trésor
Choses précieuses.
Le mot apparaît 3 fois, les femmes et les enfants l'ont dans les yeux puis les hommes l'ont chanté, il a aussi été gâché. Il est symbolisé par le printemps et le lait pur, c'est le bonheur d'un peuple fait d'abondance, de générosité et de pureté.


Page d'ouverture