15/01/2017
Eluard expliqué
Page d'ouverture
Suite
ELUARD : L'égalité des sexes (1926)


Egalité des sexes

Différences morphologiques homme-femme
Poème
L'égalité des sexes, 1er poème de "Mourir de de pas mourir" de "Capitale de la douleur
"

Tes yeux sont revenus d’un pays arbitraire
Où nul n’a jamais su ce que c’est qu’un regard
Ni connu la beauté des yeux, beauté des pierres,
Celle des gouttes d’eau, des perles en placards,

Des pierres nues et sans squelette, ô ma statue.
Le soleil aveuglant te tient lieu de miroir
Et s’il semble obéir aux puissance du soir
C’est que ma tête est close, ô statue abattue

Par mon amour et par mes ruses de sauvage.
Mon désir immobile est ton dernier soutien
Et je t’emporte sans bataille, ô mon image,
Rompue à ma faiblesse et prise dans mes liens

 

Hymne à l'union libre par André Breton

L’union libre d'André Breton
Une description très anatomique de la femme, un blason

Ma femme à la chevelure de feu de bois
Aux pensées d'éclairs de chaleur
A la taille de sablier
Ma femme à la taille de loutre entre les dents du tigre 
Ma femme à la bouche de cocarde et de bouquet d'étoiles de
dernière grandeur
Aux dents d'empreintes de souris blanche sur la terre blanche
A la langue d'ambre et de verre frottés
Ma femme à la langue d'hostie poignardée
A la langue de poupée qui ouvre et ferme les yeux
A la langue de pierre incroyable
Ma femme aux cils de bâtons d'écriture d'enfant
Aux sourcils de bord de nid d'hirondelle
Ma femme aux tempes d'ardoise de toit de serre
Et de buée aux vitres
Ma femme aux épaules de champagne
Et de fontaine à têtes de dauphins sous la glace
Ma femme aux poignets d'allumettes
Ma femme aux doigts de hasard et d'as de cœur
Aux doigts de foin coupé
Ma femme aux aisselles de martre et de fênes
De nuit de la Saint-Jean
De troène et de nid de scalares
Aux bras d'écume de mer et d'écluse
Et de mélange du blé et du moulin
Ma femme aux jambes de fusée
Aux mouvements d'horlogerie et de désespoir
Ma femme aux mollets de moelle de sureau
Ma femme aux pieds d'initiales
Aux pieds de trousseaux de clés aux pieds de calfats qui boivent
Ma femme au cou d'orge imperlé
Ma femme à la gorge de Val d'or
De rendez-vous dans le lit même du torrent
Aux seins de nuit
Ma femme aux seins de taupinière marine
Ma femme aux seins de creuset du rubis
Aux seins de spectre de la rose sous la rosée
Ma femme au ventre de dépliement d'éventail des jours
Au ventre de griffe géante
Ma femme au dos d'oiseau qui fuit vertical
Au dos de vif-argent
Au dos de lumière
A la nuque de pierre roulée et de craie mouillée 
Et de chute d'un verre dans lequel on vient de boire
Ma femme aux hanches de nacelle
Aux hanches de lustre et de pennes de flèche
Et de tiges de plumes de paon blanc
De balance insensible
Ma femme aux fesses de grès et d'amiante
Ma femme aux fesses de dos de cygne
Ma femme aux fesses de printemps
Au sexe de glaïeul
Ma femme au sexe de placer et d'ornithorynque
Ma femme au sexe d'algue et de bonbons anciens
Ma femme au sexe de miroir
Ma femme aux yeux pleins de larmes
Aux yeux de panoplie violette et d'aiguille aimantée
Ma femme aux yeux de savane
Ma femme aux yeux d'eau pour boire en prison
Ma femme aux yeux de bois toujours sous la hache
Aux yeux de niveau d'eau de niveau d'air de terre et de feu.


André Breton, Clair de terre (1931
André breton est un défenseur de la liberté et de l'égalié en amour.
Blason :
Poème descriptif qui détaille les caractères ou les qualités d'une chose ou d'une personne (en énumérant, par exemple, les parties du corps de celle-ci)

Ce poème, un blason, préalablement publié en 1931 est associé au recueil Clair de terre publié en 1923. André Breton, comme Eluard traverse à la même période de moments d'incertitudes amoureuses, ménage à 3 pour Eluard, problèmes de couple qui se terminera en divorce pour Breton d'avec Simone Khan . Dans ce poème, de date incertaine, André Breton exprime tout son amour en ne s’adressant à aucune femme précise. Ainsi, nous ne savons pas si c’est celui pour sa femme dont il compte ou vient de se divorcer, Simone Khan, ou bien un  hymne à sa futiure rencontre avec Jacqueline Lamba.

Manifeste du surréalisme (1924)
Breton définit le surréalisme par un automatisme psychique pur par lequel on se propose d’exprimer, soit verbalement, soit par écrit, soit de toute autre manière, le fonctionnement réel de la pensée en l'absence de tout contrôle exercé par la raison, en dehors de toute préoccupation esthétique ou morale.

Préalable :
L'article premier de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 "Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits" semble aujourd'hui avoir perdu beaucoup de sa force tant les inégalités sociales sont en train de dresser les uns, les nantis, contre les autres, les exclusLes hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits disait Coluche mais que certains seront plus égaux que d'autres. Vaste utopie, tant au niveau de la liberté dans la plupart des pays, que des droits parfois élémentaires.
Egalité homme-femme :
La progression vers l’égalité entre femmes et hommes, comme la parité à certains postes importants, est réelle, mais le chemin est encore bien long. « Les avancées sont inabouties et paradoxales », écrivent les auteurs de l’Atlas mondial des femmes, premier du genre, présenté, lundi 12 janvier, par l’Institut national d’études démographiques (INED) et publié par les éditions Autrement. La cause du droit des femmes est relativement récente : ce n’est qu’en 1945 que les Nations unies ont adopté une charte établissant des principes généraux d’égalité entre les sexes. Depuis, plusieurs conférences internationales ont permis de préciser les objectifs. Le 18 décembre 1979, l’Assemblée générale de l’ONU a notamment adopté la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes. Et la quatrième conférence mondiale de Pékin, en 1995 − dont les Nations unies préparent le vingtième anniversaire −, s’est conclue sur une déclaration et un programme d’action pour l’autonomisation sociale, économique et politique des femmes. En France le droit de vote aux femmes ne date que de 1945.
Les concepts :
Si, dans les années 1970 et 1980, les militantes féministes soulignaient la nécessité "d'associer les femmes au développement", dans les années 1990, l'accent s'est déplacé sur l'intégration des questions sexuelles dans la planification du développement et les stratégies mises en oeuvre.
Aujourd'hui, on emploie deux expressions, "droits de la femme" et "égalité entre les sexes". Que signifient-elles et en quoi sont-elles différentes? L'expression "droits de l'homme, des femmes" insiste sur le fait que les droits de la femme sont avant tout des droits humains, des droits dont elles jouissent en vertu de leur humanité. Cette idée intègre le thème de la femme dans le mouvement des droits de l'homme, comme elle intègre les principes des droits de l'homme dans le mouvement des femmes."Ce devrait être le plus beau moment dans la vie: être jeune et avoir la vie devant soi pour faire des projets et rêver. Ce devrait être le plus beau moment, que l'on soit une jeune femme ou un jeune homme. En réalité, de nombreux jeunes gens sont privés de leur droit à faire des projets et des rêves, ainsi que de leurs droits à la sécurité et à la dignité. En outre, la différence est considérable selon que l'on naît fille ou garçon. Les jeunes femmes sont beaucoup plus susceptibles de voir leurs droits fondamentaux bafoués." L'égalité entre les sexes - ou parité - signifie un niveau égal de pouvoir, de participation et de visibilité des deux sexes dans toutes les sphères de la vie publique et privée. L'égalité entre les sexes doit être envisagée à l'opposé non pas de la différence des sexes, mais davantage de l'inégalité des sexes. Elle vise à promouvoir la pleine participation des femmes et des hommes dans la société. L'égalité entre les sexes - comme les droits de l'homme - doit être un combat permanent; il faut continuellement la protéger et l'encourager.
Exemple de violation des droits de la femme
La forme la plus commune de violence à l'égard des femmes est la violence domestique. La violence domestique a pendant longtemps été considérée comme une affaire privée, dont l'Etat et la justice ne devaient pas se mêler. Or, cette violence n'est pas seulement une violation physique et psychologique du bien-être des victimes; c'est aussi une attaque directe de leurs droits de la personne, et par conséquent une infraction pénale. D'après les statistiques, une femme est plus susceptible d'être frappée, agressée, voire tuée par son compagnon - ou son ancien compagnon - que par toute autre personne. Selon le pays européen concerné, entre 20% et 50% des femmes sont victimes de violences domestiques. La violence domestique peut prendre de nombreuses formes, physique, sexuelle, psychologique et structurelle. Une femme sur cinq est exposée à des violences sexuelles, à des attouchements, à des baisers volés, à des réflexions, à des brimades.

Sainte Thérèse d'Avila, religieuse et mystique espagnole (1515-1582) qui fonda l'ordre des Carmélites déchaussées, et inspira Eluard pour le titre
"Mourir de ne pas mourir".
Las, que longue est cette existence, /Que durs sont cet exil, /Cette prison, ces chaînes,/Où l'âme est détenue ! / Le seul fait d'attendre l'issue /Me cause une douleur si cruelle/Que je meurs de ne mourir pas.
Beaucoup de personnes qui souffrent ont cette envie de mourir pour mettre fin à leur calvaire. Au sens propre, mourir c'est cesser de vivre et au sens figuré souffrir, dépérir, cesser progressivement d'être. "Mourir de ne pas mourir signifie souffrir", dépérir sans mourir, cesser de vivre physiquement.

 

Plan du commentaire composé
Introduction
I-Une égalité très inégale
II-En contraste avec le recueil "Capitale de la douleur" inégalité des sexes
Conclusion

Introduction

L'égalité des sexes est le premier poème de la seconde section de "Capitale de la douleur" après "Répétitions",  « Mourir de ne pas mourir ». "Mourir de ne pas mourir" est un titre emprunté à une sainte mystique et souffrant d'épilepsie Sainte Thérèse d'Avila, une carmélite, malgré l'opposition de son père. Elle vécu en Espagne et mourut en 1582, très gravement malade. Fortement critiquée, mystique, elle avait fréquemment des apparitions. La seconde section comporte 22 poèmes composés entre 1923 et 1924, époque ou Eluard connait de graves difficultés sentimentales dans son couple avec Gala qui le délaisse pour le peintre Ernst et Salvador Dali. Dans sa déchéance, il quitte la France le 24 mars 1924, pour faire un tour du monde en solitaire, rejoint par Gala et Ernst, son amant, à Hong-Kong et qui revient en octobre comme si de rien n'était. "Mourir pour ne pas mourir" est dédié à André Breton, auteur du surréalisme et favorable à « L'union libre » défenseur de l'égalité et de la liberté en amour. Ce poème est un pied de nez à son ami Breton et à l'égalité des sexes car il s'agit d'un rapt amoureux, aujourd'hui on parlerait d'agression sexuelle, dans lequel l'imagination d'un mâle dominateur arrache le regard d'une femme à l'insignifiance de monde, du pays arbitraire, dans lequel elle vit sans amour, réduite au silence d'une statue pour la capturer par ruse dans ses filets.

I-Egalité ou inégalité des sexes
Au départ, à notre conception, nous avons effectivement autant de chances d'être une fille qu'un garçon. Mais cette caractéristique, male ou femelle, fille ou garçon, homme ou femme va nous donner une conformation, des organes reproducteurs différents, une morphologie différente qui va influencer toute notre vie. Cette inégalité morphologique peut engendrer de nombreux conflits comme l'union civile pour personnes de même sexe qui a été légalisée dans de nombreux pays, même en Italie depuis le 12 mai 2016. La France ayant validé l'union civile le 23 avril 2013 à l'assemblée nationale. Ce premier poème de "Mourir de ne pas mourir", l'égalité des sexes montre tout le talent poétique d'Eluard, le panachage des rimes, internes, banales, embrassées, des métaphores, de la musicalité. C'est un texte assez facile à comprendre, Eluard s'adresse à une femme qui vit dans un pays arbitraire, ou chaque chose dépend de la seule volonté de chacun, sans avoir à en référer à des règles, autrement dit un pays de capricieux. On aura reconnu assez facilement qu'il s'adresse à son ancienne épouse, capricieuse Gala. Tes yeux sont revenus d'un pays arbitraire montre combien la femme est reprise par ses caprices. Dans ce monde de caprices ou de fantaisie la vie est monotone, banale, l'amour est absent. On ne fait attention à personne et il n'y a nulle place pour les sentiments. Le regard est important dans l'univers d'Eluard, la courbe des yeux, les paupières sont des éléments importants de la sensualité, du charme féminin. L'amour est toujours un regard porté par les amants dans la même direction, vers la lumière. Dans ce pays arbitraire on ne sait pas ce qu'est le beau, la beauté des yeux, la beauté de la nature, des pierres, des gouttes d'eau, des colliers de perles. Pour Eluard, les yeux de la femme qu'il aime et dans lesquels il se regarde deviennent des yeux fertiles, des yeux aussi qui le rende fertile, l'œil miroir est aussi un œil foyer, source de vie et de lumière. Il suffit que deux amants se contemplent l'un l'autre pour qu’ils deviennent l'un et l'autre origine infinie de vie et de lumière. L'égalité des sexes ne fait ne fait qu'installer le "tu" féminin à la place du "tu" divin ". Le soleil aveuglant te tient lieu de miroir, la femme est belle à la lumière, celle du flash des projecteurs ou des spots lumineux des peintres sur leur modèle. Les yeux de la femme sont un miroir qui reflète la lumière du soleil que le sujet cherche à atteindre, par le succès. Eluard répugne à l'obscurité, à la solitude, il sombre, à proprement parler tomber dans le sombre comme une ombre, obscurité que forme un objet en obstacle à la source de lumière. Le poème se compose de 3 quatrains en alexandrins dont le premier et le dernier quatrain en rimes plates, le second, à rimes embrassées suggérant un calme. Dans ce second quatrain, en opposition à la beauté des pierres apparaissent des pierres nues et sans squelette, des êtres vivants réduit à l'état de statue, au silence éternel. Endormie, la nuit, la souffrance et l'imagination ont disparu. La statue n'est pas seulement couchée, mais elle abattue, elle souffre encore. C'est alors que le male dominateur, par imagination, par ruse, va satisfaire ses désirs car il est son seul soutien, en l'enlevant car il n'y a pas d'autre issue que de se laisser emporter, sans plainte et sans bataille


II-Le male dominateur, l'inégalité des sexes
Dans le dernier quatrain, le "Je" s'impose. L'adjectif possessif précède les mots amour et ruses, désir. Je suis ton dernier soutien succède au désir immobile, fixe, à l'obsession du poète. Ton dernier soutien précède la conclusion de l'auteur face à de tels arguments, il doit l'enlever sans résistance par ces seuls arguments, il n'y a pas d'autre issue que le retour à la maison où elle restera enfermée, prise dans les filets, les liens du poète. Rompue à ma faiblesse, prise dans mes liens sont un vocabulaire bien éloigné du poème "Liberté" de l'auteur dans laquelle la femme ressemble plus à une prisonnière évadée qu'à une femme libre. On peut aussi emporter sa bien-aimée par l'imagination et cela sans violence.

Conclusion
"L'égalité des sexes" est un poème qui aujourd'hui a toute actualité. Eluard vit des moments difficiles avec ce ménage à 3 avec Gala et le peintre Ernst, il sombrera même dans l'alcool avant de partir en voyages. On a même pensé à son suicide. Il écrira quelques vers plus loin "Avec tes yeux, je change comme avec les lunes/Et je suis tour à tour et de plomb et de plume/Une eau mystérieuse et noire qui t'enserre/ou bien dans tes cheveux ta légère victoire. Du passé heureux, s'il ne subsiste plus désormais que quelques souvenirs au fond de sa mémoire qui lui renvoie des images autrefois heureuses devenues bien tristes par l'infidélité et la séparation, il n'abdique pas pour son retour à la maison, un autre caprice de Gala. Mais son amoureuse a hélas disparu à jamais.


Capitale de la Douleur se compose de 4 sections
1-Répétitions
2-Mourir de ne pas mourir

(Descente aux enfers d'Eluard)
-L'égalité des sexes
-Au cœur de mon amour
-Pour se prendre au piège
-L'amoureuse
-Le sourd et l'aveugle
-L'habitude
-Dans la danse
-Le jeu de construction
-Entre autres
-Giorgio de Chirico
-Bouche usée
-Dans le cylindre des tribulations
-Denise disait aux merveilles
-La bénédiction
-La malédiction
-Silence de l'évangile
-Sans rancune
-Celui qui n'a pas la parole
-Nudité de la vérité
-Perspective
-Ta foi
-Mascha riait aux anges
3-Les petits Justes
4-Nouveaux poèmes
Vocabulaire
Engloutir
Avaler gloutonnement, faire disparaître dans un gouffre, absorber, consumer.
Ombre
Obscurité provoquée par un corps opaque qui intercepte la lumière, image, silhouette sombre projetée par un corps qui intercepte la lumière, fantôme, apparence à demi-matérialisée, obscurité, incognito.

Vocabulaire :

Sexe, égalité numérique à la naissance, garçons-filles:
Conformation qui distingue l'homme de la femme. Nous sommes tous issus d'une reproduction sexuée, un papa qui a 23 paires de chromosomes dont une paire de chromosomes sexuels XY et une maman qui a aussi 23 paires de chromosomes dont une paire de chromosome XX. XY on est garçon et XX on est fille. C'est le hasard, une chance sur deux d'avoir le Y du papa qui sera porté par le spermatozoide qui n'a plus que 23 chromosomes et on a forcément l'un des deux X de la mamn. Il devrait y avoir égalité numérique filles et garçons, en fait il y a plus de filles sans que l'on sache pourquoi.
Ce sexe dons donne une conformation, des organes reproducteurs différents, une morphologie différente.

Egalité des sexes :
L'égalité des sexes est avant tout une égalité naturelle car nous avons au départ aussi autant de chance d'être garçon que fille, cela ne dépend que du chromosome sexuel que nous héritons de la maman. Cette égalité ne peut pas être physique, nos caractéristiques sont génétiques car notre patrimoine génétique est contenu dans chaque noyau des milliards de cellules que comporte notre organisme. Cette égalité ne peut porter que sur les droits. Aujourd'hui l'union civile pour personnes de même sexe est légale dans de nombreux pays, même en Italie depuis le 12 mai 2016. La France a validé l'union civile le 23 avril 2013 à l'assemblée nationale.

Rimes plates :

– les rimes plates (schéma aabb)
Par mon amour et par mes ruses de sauvage.
Mon désir immobile est ton dernier soutien
Et je t’emporte sans bataille, ô mon image,
Rompue à ma faiblesse et prise dans mes liens

Tes yeux sont revenus d’un pays arbitraire
Où nul n’a jamais su ce que c’est qu’un regard
Ni connu la beauté des yeux, beauté des pierres,
Celle des gouttes d’eau, des perles en placards,

Les rimes :
Les rimes exploitent et font surgir des analogies latentes (amour/toujours) ou des parentés de sens inattendues (cage/saccage)

Rimes embrassées
Des pierres nues et sans squelette, ô ma statue.
Le soleil aveuglant te tient lieu de miroir
Et s’il semble obéir aux puissances du soir
C’est que ma tête est close, ô statue abattue

Rimes internes
Tes yeux sont revenus d’un pays arbitraire
Où nul n’a jamais su ce que c’est qu’un regard

Rimes féminines

Rimes qui se terminent en e
statue.
abattue

Rimes masculines
regard
placards

Arbitraire :
Qui n'est pas lié par des règles, qui est lié au bon plaisir. Synonyme : cxapricieux

Mysticisme :

croyance en la possibilité d'une union intime et directe de l'âme avec Dieu, union qui nous fait connaître Dieu par intuition, le sentiment et non par la raison. Mystique vient du latin mysticus, mystères.

Désir :
Tendance qui porte à vouloir obtenir queque chose. Tendance consciente aux plaisirs sexuels

Immobile :
Qui ne se déplace pas. Un désir immobile est un désir qui ne se déplace pas, qui reste en soi.

Statue :

Sculpture représentant en entier un être vivant.

Soleil :
Astre qui donne chaleur et soleil à la terreet rythme la vie à la surface.

Antonomase :
 (du grec antonomazein « appeler d'un nom différent », de anti- « à la place de », et onomazein « nommer », de onoma « nom »), désignation d'une personne par un nom ou une périphrase qui la caractérise ou par le nom d'un personnage typique. Exemples : Don Juan » (un séducteur), un « Tartuffe » (un hypocrite), un « Harpagon » (un avare), une « Pénélope » (une épouse fidèle), un « Apollon  »(un bel homme), un « Brummell  » (un élégant), un « Staline » (un dictateur sanguinaire), un « Michel-ange » (un grand peintre). La "Statue" représente chez Eluard l'image de la femme absente, silencieuse.

Miroir :
Surface polie qui sert à réfléchir la lumière, à refléter les images. Le miroir chez Eluard reflète l'image de la femme absente dans sa tête, siège de ses souvenirs.

Perles :
Petite concrétion de nacre secrétée par quelques mollusques, personne de grand mérite. Perles au placard peut aussi bien représenter des personnes de grand mérite écartées, mises à l'écart ou des perles offertes par des amants bien rangées en raison de la fin d'une liaison.

Enjambement :
Débordement d'un groupe syntaxique d'une unité métrique sur l'autre. La fin de la phrase Par mon amour et par mes ruses de sauvage du début du 3ème quatrain termine la phrase du quatrain précédent ...ô statue abattue


train précédent, ô