17/01/2017
Eluard expliqué
Page d'ouverture
Suite
ELUARD : La dame de carreau


j'ai presque peur en vérité

L'amour absolu
Tableau allemand

La dame de carreau

Tout jeune, j'ai ouvert mes bras à la pureté. Ce ne fut qu'un battement d'ailes au ciel de mon éternité, qu'un battement de cœur amoureux qui bat dans les poitrines conquises. Je ne pouvais plus tomber.

Aimant l'amour. En vérité, la lumière m'éblouit.

J'en garde assez en moi pour regarder la nuit, toute la nuit, toutes les nuits. Toutes les vierges sont différentes. Je rêve toujours d'une vierge.

À l'école, elle est au banc devant moi, en tablier noir. Quand elle se retourne pour me demander la solution d'un problème, l'innocence de ses yeux me confond à un tel point que, prenant mon trouble en pitié, elle passe ses bras autour de mon cou.

Ailleurs, elle me quitte. Elle monte sur un bateau. Nous sommes presque étrangers l'un à l'autre, mais sa jeunesse est si grande que son baiser ne me surprend point.

Ou bien, quand elle est malade, c'est sa main que je garde dans les miennes, jusqu'à en mourir, jusqu'à m'éveiller.

Je cours d'autant plus vite à ses rendez-vous que j'ai peur de n'avoir pas le temps d'arriver avant que d'autres pensées me dérobent à moi-même.

Une fois, le monde allait finir et nous ignorions tout de notre amour. Elle a cherché mes lèvres avec des mouvements de tête lents et caressants.

J'ai bien cru, cette nuit-là, que je la ramènerais au jour,

Et c'est toujours le même aveu, la même jeunesse, les mêmes yeux purs, le même geste ingénu de ses bras autour de mon cou, la même caresse, la même révélation.

Mais ce n'est jamais la même femme. Les cartes ont dit que je la rencontrerai dans la vie, mais sans la reconnaître. Aimant l'amour.

Commentaire rédigé
1-Le principe du rêve éveillé
2-La qu
ête de l'amour absolu
3-La qu
ête de la transparence

Pour Eluard, le poète "aimant l'amour" n'est pas tant amoureux d'une femme que de l'amour lui-même. "La dame de carreau" a été composé en 1926, à contre-pied des idées des surréalistes avec le chef de file André Breton, envoûtés par les récits de rêves, les superpositions d'images arbitraires, associant des réalités les plus imprévues. La poésie surréaliste se limite le plus souvent à la production des plus belles images correspondant au monde onirique, le monde du rêve le plus souvent inaccessible.

1 Le principe du rêve éveillé
Sous leurs apparences fantaisistes, les rêves sont en fait des projecteurs braqués sur notre personnalité profonde, nos comportements, nos désirs inconscients. Le rêve éveillé permet de décrypter nos différents besoins. Eluard rêve en restant éveillé toujours du même sujet "une vierge", étymologiquement une femme qui n'a jamais eu de rapports sexuels entendu ici par une femme pure, qui n'a jamais connu de liaison amoureuse. Cet amour, il le cherche depuis sa plus tendre enfance "Tout jeune, j'ai ouvert les bras à la pureté". Cet amour prend la forme d'un battement d'ailes, d'un battement de cœur. Dans la poésie surréaliste, on trouve toujours des superpositions d'images sans liens entre elles, dictées seulement par la pensée non contrôlée par la raison ou la morale. Dans ce poème il n'y a pas une ou plusieurs images mais nous avons affaire à un raisonnement logique, une démonstration. On retrouve à peine le goût surréaliste pour les formules toutes faites ou provocantes comme "le ciel de mon éternité", "Toutes les vierges sont différentes. Je rêve toujours d'une vierge" et un goût pour les sciences occultes, ici la cartomancie avec "Les cartes ont dit que je la rencontrerai dans la vie, mais sans la reconnaître  »". Eluard ne vit que sur le mode de l'expansion sentimentale, il aime donc il est, il est à l'école, il court aux rendez-vous, il solutionne les problèmes de son amie. Ce rêve est persistant, il revient régulièrement sous la forme d'un aveu d'une femme qui l'aime, qui l'entoure de ses bras, qu'il accompagne dans la maladie mais ce n'est jamais la même personne, c'est la femme qui prend l'initiative de la déclaration d'amour. Ce rêve a cependant un aspect douloureux, la crainte de la solitude, Eluard ne rêvaient jamais d'îles car ce sont des espaces foncièrement "solitaires", des espaces où "l'homme divisé" s'isole.

2-La quête de l'amour absolu
L'amour absolu et pur ne pouvait être mieux mis en relief que par l'utilisation du syllogisme, cette forme impeccable de raisonnement. C'est un rêve éveillé sans préciser s'il s'agit du jour ou de la nuit. Mais c'est la lumière de l'amour qui l'éblouit par son intensité et il en garde assez pour voir en lui les images de ses rêves "elle passe ses bras autour de mon cou", "Ailleurs, elle me quitte. Elle monte sur un bateau", "Nous sommes presque étrangers l'un à l'autre, mais sa jeunesse est si grande que son baiser ne me surprend point". Éluard reste fidèle à la fonction idéalisante du rêve, un rêve qui ne se borne pas à reproduire du souvenir mais à nous montrer ce que nous souhaitons, ce que nous désirons de plus. Nous sommes à ce stade très loin des théories freudiennes des rêves nocturnes consistant à fabriquer très intellectuellement, de grandes constructions arbitraires sur leur signification. Eluard assimile l'amour à la faim et à la soif, jamais rassasié, il recherche l'amour absolu, l'amour sans limite, une sorte de délire perpétuel dans lequel les amants ont tout à se dire. Cet amour absolu qu'il n'a pas découvert et qu'il recherche, notre poème a cependant bien cru le ramener au grand jour mais il n'a pas réussi. L'originalité du texte de " La dame de carreau" c'est d'être une écriture vraie, sincère, sans formules ou images travaillées, étranges, sans correspondances. Éluard nous dit avec beaucoup de vérité sa propre sensibilité, "Tout jeune, j'ai ouvert mes bras à la pureté. Ce ne fut qu'un battement d'ailes au ciel de mon éternité, qu'un battement de cur amoureux qui bat dans les poitrines conquises. Je ne pouvais plus tomber. Aimant l'amour". Éluard a renouvelé toute sa vie l'émerveillement du souvenir du premier amour d'adolescent, et a toujours trouvé le pouvoir de recommencer presque avec naïveté ce qui normalement ne se reproduit jamais deux fois. Eluard a su garder, toute sa vie, malgré ses échecs amoureux, une sensualité juvénile faite d'innocence, de fraîcheur, de jouvence, de merveilleux, de sincérité, de grande franchise. On retrouvera constamment chez Eluard le même aveu, la même jeunesse, les mêmes yeux purs, le même geste ingénu de "ses bras autour de mon cou, la même caresse, la même révélation". Eluard aimait l'amour, vivre pour lui, c'était aimer et être aimé et en dehors de la femme point de salut, c'est par l'amour qu'il découvre le monde. Aimer et être aimé, sans aimer une femme en particulier, Verlaine avant lui l'écrivait déjà dans "Mon rêve familier".

3-La quête de la transparence
"Où la femme est secrète, l'homme est inutile" est le titre d'un autre poème d'Eluard qui reprend la même thématique de Verlaine de "Mon rêve familier" d'une femme "que j'aime et qui m'aime". L'amour est avant tout une complicité, mais c'est la femme qui prend l'initiative, "elle me quitte", "elle passe ses bras autour de mon cou", "son baiser", il n'aime pas l'indifférence, la femme faite pour elle même ou qui se farde. La force du poème "La dame de carreau", c'est le pouvoir de la vérité, de la transparence, de l'amour sincère sans masque, avec le désir de nouer une relation, un dialogue, un amour dans lequel on a tout à se dire et rien à se cacher. Nous sommes ici très loin des arrière-plans de tant de poèmes surréalistes, encombrés de pseudo-fantastique comme les tableaux de son ami Max Ernst. Ici nul décor fantastique, d'images de cirque, d'objets hétéroclites, de clair obscur romantiques, nous sommes dans un monde familier, celui des 'enfants purs, d'une école communale à Saint-Denis, celle de son enfance. " À l'école, elle est au banc devant moi, en tablier noir. Quand elle se retourne pour me demander la solution d'un problème, l'innocence de ses yeux me confond à un tel point que, prenant mon trouble en pitié, elle passe ses bras autour de mon cou".   C'est un texte de simplicité, tout ce qui est artificiel, fardé, fait mal à l'auteur "Je ne pouvais plus tomber. Aimant l'amour. En vérité, la lumière m'éblouit ". On ne trouvera pas dans ce poème d'une grande sincérité les artifices habituels, les métaphores mais une préférence constante pour la forme circulaire "Le geste ingénu de ses bras autour de mon cou" et toujours le même clin d'œil à son nom, Grindel, ou Grain d'Ailes. On trouve toujours quelque part un vol ou une aile, le "battement d'ailes au ciel de mon éternité" et qui reste comme la signature d'Eluard dans chacun de ses poèmes. Chaque poème d'Eluard est toujours riche d'images, même s'il n'en contient aucune comme celui-ci, sa poétique est ici différente basée sur la communion entre lui et son lecteur et le succès d'un poème, comme d'un roman d'ailleurs, peut être à la hauteur de la sincérité que l'on perçoit à travers, sorte de pacte qu'il ne faut pas briser.

Conclusion
Si le secret de la poésie devait être enfermé dans une rhétorique d'images, " La dame de carreau" serait certainement un piètre poème mais pour s'y être décrit dans toute la vérité avec autant de sincérité, Eluard a écrit un poème qui n'a pas pris une ride et peut être considéré comme un chef d'œuvre.

Vocabulaire

Dame de carreau
La dame est une adulte, une amie, une relation féminine. Sa sincérité dépend des cartes qui l'entourent. La couleur détermine son teint, carreau c'est le blond. On l'aura compris, c'est Gala sinon nous aurions eu "la dame de pique" ou la "dame de trèfle" pour une personne brune.
Le valet de cœur est le consultant s'il est blond, le valet de trèfle s'il est brun. La consultante est la dame de trèfle.
La dame de carreau et le baccalauréat
Sujet donné
La vocation de la poésie est-elle, selon vous, de célébrer l'amour, ou privilégiez-vous d'autres fonctions ?
Le surréalisme
Définition donnée dans le Manifeste du surréalisme
Automatisme psychique pur par lequel on se propose d'exprimer soit verbalement, soit par écrit, soit de toute autre manière, le fonctionnement réel de la pensée. Dictée de la pensée, en l'absence de tout contrôle exercé par la raison, en dehors de toute préoccupation esthétique ou morale.
Rêve éveillé
Issue de la psychanalyse et de la relaxation dynamique, cette technique consiste à vous emmener, en état de détente dans une rêverie. Les images sont interprétées comme s‘il s'agissait d'un rêve nocturne. Son objectif est simple : le rêve éveillé permet de résoudre les blocages psychologiques et déclenche un processus de transformation grâce aux symboles des rêves. Très efficace pour mettre fin à des scénarios de vie répétitifs : amours malheureux, licenciements successifs...
Les explications freudiennes du rêve
Pour Freud, l'inconscient recueille les impulsions refoulées par la conscience sous l'influence des interdictions morales ou sociales. Lorsque le refoulement devient pathologique, la psychanalyse intervient comme moyen de libération de l'inconscient et utilise le rêve comme une sorte de défoulement naturel.

Page d'ouverture